L’industrie du tourisme médical en Turquie augmente le nombre de visiteurs

Lorsque l’industrie touristique traditionnelle de la Turquie s’est tarie, le pays s’est tourné vers son secteur médical pour attirer une nouvelle vague de visiteurs.

Le tourisme médical est l’un des secteurs à la croissance la plus rapide en Turquie et sa contribution annuelle à l’économie du pays est estimée à 4 milliards de dollars.

La Turquie est généralement célébrée par les voyageurs du monde entier pour ses plages de sable blanc, ses mers azures et ses palais opulents. Aujourd’hui, ce pays d’Eurasie cherche à renforcer sa réputation dans le domaine de la médecine également. La Turquie a connu un afflux de touristes médicaux au cours des dix dernières années, passant de 75 000 visiteurs en 2007 à plus de 700 000 en 2017, selon l’Association internationale du tourisme de santé d’Istanbul. On estime que ce nombre a dépassé le million à la fin de 2018.

Face à la flambée des coûts des soins de santé dans leur pays, les touristes d’Europe, des États-Unis, de Russie et d’Arabie saoudite choisissent de parcourir des milliers de kilomètres en avion pour économiser jusqu’à 90 % sur le coût des traitements – et incorporer des vacances d’été dans leur voyage.

Les soins de santé en Turquie ont progressé à pas de géant ces dernières années, et le pays peut désormais s’enorgueillir d’un certain nombre d’hôpitaux de pointe agréés au niveau international. Toutefois, certains établissements font des compromis sur les normes de sécurité afin de réduire les coûts – ce sont ceux dont les touristes économes doivent se méfier.

Corps étrangers

Le tourisme médical est l’un des secteurs de la Turquie qui connaît la plus forte croissance. On estime qu’il contribue à hauteur de 4 milliards de dollars à l’économie du pays chaque année. Les patients affluent du monde entier pour subir toute une série de procédures médicales, de l’esthétique à l’essentiel, dont le coût varie de quelques centaines de dollars à près de 20 000 dollars.

Le faible coût des traitements reste le facteur le plus attractif pour la majorité des visiteurs, en particulier ceux qui viennent de pays ne disposant pas d’un système médical public payant. Aux États-Unis, où les coûts des soins de santé sont exorbitants, même pour les personnes disposant d’une assurance médicale, il n’est pas difficile d’aller se faire soigner à l’étranger. Par exemple, le coût moyen d’un remplacement de valve cardiaque aux États-Unis est de 150 000 dollars, alors qu’il n’est que de 17 000 dollars en Turquie.

Les délais d’attente plus courts sont également un facteur déterminant. Les patients peuvent attendre jusqu’à 18 mois pour une prothèse du genou, en particulier au Royaume-Uni, où le NHS, débordé, souffre d’un long retard. En revanche, en Turquie, la plupart des patients peuvent être opérés en moins de deux semaines à compter de la date de réservation. Pour beaucoup, l’équation est simple : moins ils passent de temps à attendre une intervention, plus vite ils peuvent se remettre sur pied.

Augmenter les chiffres

Cherchant à capitaliser sur l’afflux de touristes médicaux, la Turquie a récemment dévoilé une liste d’incitations publiques visant à rendre les soins de santé encore moins chers pour les visiteurs étrangers. En mars 2018, le gouvernement a adopté une loi offrant une exonération de TVA aux étrangers non-résidents qui suivent un traitement médical ou une rééducation dans un établissement accrédité par le ministère de la Santé. Il a également fait des soins de santé l’axe central de son plan national de développement du tourisme et vise à faire venir deux millions de patients et 20 milliards de dollars de recettes par an d’ici 2023.

Les patients ne sont pas les seuls à bénéficier de cette priorisation.

  • En avril 2018, l’ancien ministre turc des Finances Naci Ağbal a annoncé que le gouvernement était en train de débattre de nouvelles réglementations pour encourager les investissements privés dans le secteur des soins de santé. Il a déclaré à l’agence de presse publique Anadolu : « Nous offrirons des incitations supplémentaires aux entreprises privées pour leurs investissements dans le tourisme de santé. »
  • Ağbal a également laissé entendre que le pays faisait pression pour signer des contrats avec des institutions de sécurité sociale étrangères afin de faire venir davantage de patients âgés en Turquie pour y recevoir des soins médicaux.

La Turquie est une destination presque parfaite pour les patients âgés, en particulier ceux qui ne peuvent pas se permettre des opérations vitales dans leur pays. Les retraités peuvent voyager à presque tout moment de l’année, beaucoup optant pour le printemps et l’automne, lorsque le temps est encore chaud mais que les foules de vacanciers estivaux ont regagné leurs bureaux.

Laisser un commentaire